Créez votre environnement de test local Prestashop

Un environnement de test Prestashop, pour quoi faire ?

Imaginons que vous possédiez une boutique en ligne (en production) et que vous désiriez:

  • installer une nouvelle version de Prestashop,
  • un nouveau module,
  • un nouveau thème,
  • expérimenter les fonctionnalités du back-office,
  • modifier le thème existant, les templates ou les feuilles de styles…

Évidemment, vous n’avez pas envie de voir votre boutique se planter parce que vous avez fait une mauvaise manipulation ou que la version du module, du thème ou de Prestashop que vous avez installée ne fonctionne pas… La solution: installer un environnement de test, copie exacte de votre boutique en production. Vous avez pour cela plusieurs possibilités:

  • Créer un autre site web chez votre hébergeur, copie du premier.
  • Installer un environnement de test local, chez vous.
    • Soit sur votre PC Windows. C’est la solution la plus simple, mais d’expérience, c’est trèèès lent… Windows est un très gros consommateur des ressources CPU et mémoire. Windows 10 est un ogre dans ce domaine!
    • Soit, si vous avez un PC pas trop vieux qui traine dans un coin, recyclez-le en serveur! La bonne nouvelle, c’est que tous les logiciels dont vous avez besoin sont gratuits. La mauvaise: c’est un peu plus compliqué que l’option Windows…

Cet article vous explique comment installer un serveur web complet et opérationnel sur un ordinateur Ubuntu et comment dupliquer votre boutique Prestashop dessus. Cependant, les informations liées à la duplication de votre boutique sont valables pour les deux autres options.

Avant de commencer…

Dans cet article, je vous explique comment créer une réplique exacte de votre environnement de production (votre boutique en ligne) sur un ordinateur local. Mais il ne s’agira pas d’une recette à suivre pas à pas. Je vous renverrai donc fréquemment à Google et à d’autres sites pour effectuer une opération. En cas de problème, Google sera votre meilleur ami. Pour y arriver, vous devrez réfléchir…

Note: j’ai remarqué que Google est en général plus efficace que les moteurs de recherche inclus dans les forums pour trouver des solutions, même à l’intérieur de ceux-ci!

Si vous êtes motivé et que vous avez un minimum d’aptitudes techniques, vous devriez y arriver. Cependant, comptez tout de même une journée, voire plus si vous rencontrez des problèmes.

Ceci dit, je pense qu’il vaut mieux passer un jour ou deux à pester plutôt que mettre votre boutique en ligne par terre! C’est un peu le principe du bac à sable (sandbox). Vous pouvez tout y faire, les dégâts seront limités…

Un environnement local Ubuntu comme serveur web

J’avais dans un coin de mon bureau un PC pas trop vieux, équipé d’un processeur Intel Core i3 cadencé à 3.40GHz et de 8GB de RAM. Je lui ai ajouté un SSD de 120GB et un vieux disque dur de 320GB pour les backups. Le SSD est plus rapide, mais ça marche très bien aussi avec un disque classique. Sur ce PC, j’ai installé Ubuntu 16.04. Je vous conseille cette version car elle est très stable et vous trouverez beaucoup de ressources dans les forums à son sujet. Ubuntu est basé sur Linux (open-source). On parle de distribution (Ubuntu est une distribution de Linux). Il en existe d’autres, mais c’est la plus connue.

Avantages et inconvénients d’utiliser une autre machine que votre PC de bureau

Avantages: Ubuntu est beaucoup plus léger que Windows. Votre environnement sera beaucoup plus rapide.

Inconvénients: c’est une solution beaucoup plus complexe. Qu’on aime Windows ou pas, il faut reconnaître qu’il est arrivé à maturité et que c’est un environnement stable, facile à configurer. Ubuntu s’avère extrêmement stable également, mais l’installation et la configuration de nouveaux programmes est loin d’être aussi évidente que sous Windows.

Installer Ubuntu

Pour installer Ubuntu, c’est simple. Rendez-vous sur https://www.ubuntu.com/download/desktop et suivez les instructions. Notez que vous pouvez installer Ubuntu sur une machine vierge à l’aide d’un DVD ou, si elle n’est pas trop ancienne, à partir d’un clé USB. Il suffit que le BIOS accepte de démarrer à partir d’un périphérique USB. Suivez les instructions à l’écran.

Root. En jargon Linux, l’utilisateur root est celui qui a tous les droits. L’équivalent d’admin sous Windows. Lors de l’installation, Ubuntu vous demandera quel nom d’utilisateur vous voulez utiliser. A la différence de Windows, cet utilisateur n’a pas tous les droits. Vous devrez donc régulièrement utiliser root et son mot de passe pour, par exemple, installer de nouveaux programmes. Je vous conseille donc de bien retenir le mot de passe que vous attribuez à root.

Connecter votre machine Ubuntu à internet et à votre réseau local

Pour que votre machine Ubuntu soit pleinement opérationnelle, vous devez la connecter à Internet (comme client, pas comme serveur) et à votre réseau local. Si vous avez un router, par exemple un router ADSL, vous pouvez probablement y connecter votre machine Ubuntu via un câble Ethernet.

Pour que votre nouvelle machine ait accès à internet, il n’y a normalement rien d’autre à faire que de la connecter. Vous pouvez d’ailleurs la connecter à votre router avant d’installer Ubuntu, qui détectera automatiquement la connexion et vous proposera d’installer les mises à jour en même temps.

Vous aurez besoin pour la suite de connaître l’adresse IP de votre machine Ubuntu. La façon la plus simple d’y arriver est de vous rendre à l’adresse https://www.whatismyip.com/

Vous verrez deux adresses IPv4: la première correspond à votre adresse IP publique, celle qui vous est assignée par votre fournisseur d’accès. Si vous avez plusieurs ordinateurs connectés sur votre router ADSL, cette adresse sera la même sur chacun d’eux. C’est votre router qui se charge de distribuer le trafic en interne. Cette adresse est généralement dynamique: elle vous est allouée par votre fournisseur d’accès et peut changer.

La deuxième correspond à l’adresse IP locale. Chacun des ordinateurs connectés à votre router possède une adresse IP locale distincte. Votre router lui-même possède une adresse locale. En général, ces adresses ne changent pas car elles sont attribuées par le router. Si vous constatez qu’elles changent, vous devrez modifier la configuration de votre router pour que les adresses locales soient fixes.

Important: vous pouvez configurer votre PC Ubuntu comme serveur et le rendre accessible via internet. Cependant, je vous déconseille de le faire car cela rend votre ordinateur visible au monde entier…

Installer un serveur LAMP pour faire tourner Prestashop

Une fois que Ubuntu est installé, vous allez pouvoir installer le trio infernal de tout serveur web:

  • Le serveur web proprement dit: Apache2.
  • L’interpréteur PHP.
  • Le gestionnaire de base de données MySQL.

Notez qu’il existe aussi d’autres serveurs web qu’Apache. Ce trio peut s’installer en une seule fois grâce au package d’installation LAMP (Linux, Apache, MySQL, PHP). Il existe d’autres distributions, mais celle-ci est la plus répandue. Il existe aussi une installation WAMP (pour Windows). Faites une recherche Google sur « ubuntu 16.04 lamp » et suivez les instructions d’installations. Par exemple https://help.ubuntu.com/lts/serverguide/lamp-overview.html

N’oubliez pas de noter les utilisateurs que vous créez pendant l’installation, et leur mot de passe. En particulier le « root » de MySQL.

En jargon, localhost est la machine sur laquelle vous vous trouvez. Dans ce cas, celle où vous êtes en train d’installer LAMP. Par défaut, son adresse est 127.0.0.1 mais celle-ci n’est valable que sur la machine elle-même.

Si l’installation s’est bien passée, vous avez maintenant un serveur web, php et mySQL chez vous! S’il est correctement connecté à votre réseau local, vous pouvez y accéder à partir de votre ordinateur de bureau. Pour cela, vous devez connaître son adresse IP locale. Voir explications ci-dessus. Imaginons que cette adresse est 192.168.1.42, vous pourriez alors entrer dans la barre d’adresse de votre navigateur http://192.168.1.42/phpinfo/ et voir s’afficher une page avec tous les paramètres de configuration de php. Magique!

Installer phpMyAdmin sous Ubuntu

phpMyAdmin nous permettra d’opérer directement dans la base de données MySQL de Prestashop.

A nouveau, Google est notre ami (!). https://help.ubuntu.com/lts/serverguide/phpmyadmin.html. Une fois que phpMyAdmin est installé, vous devriez y avoir accès soit directement sur votre PC Ubuntu, via votre navigateur (Firefox est installé par défaut) en entrant l’adresse localhost/phpmyadmin, soit sur votre PC Windows, en entrant l’adresse http://192.168.1.42/phpmyadmin dans votre navigateur (adaptez l’adresse IP locale à votre environnement).

Dans les deux cas, vous devriez voir apparaître la page de connexion de phpMyAdmin. Entrez le nom d’utilisateur et le mot de passe MySQL que vous avez créé lors de l’installation de LAMP. J’ai l’habitude de me connecter avec root (celui de MySQL, pas celui de Linux) mais faites attention que cet utilisateur a tous les droits, y compris celui de tout effacer…

Échanger des fichiers sur votre réseau local

Pour échanger des fichiers entre les différents ordinateurs de votre réseau local, par exemple entre votre PC Windows et votre nouveau PC Ubuntu, vous avez trois possibilités:

  1. Une clé USB, mais cela devient vite fastidieux.
  2. Activer le partage de fichiers entre ordinateurs de votre réseau local.
  3. Configurer votre PC Ubuntu comme serveur FTP.

J’ai choisi cette dernière option. Pour ce faire, Google est encore notre ami…  Par exemple: https://help.ubuntu.com/lts/serverguide/ftp-server.html. De plus, comme j’ai installé NetBeans par la suite, cela m’a permis de sauver les fichiers modifiés directement sur le serveur de test.

Échanger des fichiers entre ordinateurs via FTP

Ne confondez pas. A l’étape précédente, nous avons configuré notre PC Ubuntu comme serveur FTP. Dans ce paragraphe, nous allons installer un client FTP. Celui-ci nous permettra de nous connecter à n’importe quel serveur.

Dans la suite des opérations, vous devrez transférer des fichiers entre ordinateurs. Vous devrez aussi accéder aux fichiers qui se trouvent chez votre hébergeur. La solution s’appelle à nouveau FTP (File Transfer Protocol), qui permet de transférer des fichiers entre ordinateurs via Internet. A ma connaissance, tous les hébergeurs de site internet offrent une porte d’accès FTP à l’espace qui vous est dédié sur leurs serveurs, que vous soyez sur un serveur partagé (shared hosting), un serveur dédié (dedicated hosting) ou un serveur dédié virtuel (VPS).

Installer Filezilla, client FTP

La première chose à faire, c’est d’installer sur vos ordinateurs un client FTP. Le plus connu est Filezilla. Encore une bonne nouvelle, c’est de l’open-source. Vous pouvez donc l’installer et l’utiliser gratuitement. L’installation est très simple:

  • Sur Windows: https://filezilla-project.org/download.php.
  • Sur Ubuntu: menu > option « search your computer » > Ubuntu Software > Filezilla > install.

Récupérer les informations de connexion

Pour pouvoir connecter votre client FTP au serveur FTP de votre hébergeur et accéder aux fichiers de vos sites internet, vous devez connaître les informations de connexions. En général, ces informations sont disponibles via le panneau de configuration de votre hébergeur (cpanel, manager…). Vous avez besoin au minimum de trois éléments:

  • Le nom de l’hôte (host). Genre ftp.<brol-truc>.ovh.net.
  • Le nom d’utilisateur FTP (user).
  • Le mot de passe de l’utilisateur FTP (password).

Pour les autres paramètres, les options proposées par défaut par Filezilla sont adéquates, sauf le « logon type »: choisissez « normal ».

Copier votre boutique Prestashop vers votre votre environnement de test

Copier une installation Prestashop d’un serveur à un autre n’est en principe pas très compliqué. On peut résumer l’opération en trois étapes:

  • Copier les fichiers Prestashop (principalement des programmes php, mais aussi du CSS, Javascript, des templates Smarty ou Twig, configuration, des images…).
  • Copier la base de données MySQL.
  • Reconfigurer Prestashop sur le serveur cible.

Les fichiers Prestashop

C’est le moment de vous connecter via FTP à votre hébergeur! Vous devez aussi découvrir dans quel répertoire Prestashop est installé. Cela dépend à la fois de l’hébergeur et de l’installation. Vous reconnaîtrez ce répertoire par les sous répertoires qu’il contient: app, bin, cache, classes, config, controllers… Vous y verrez aussi un répertoire avec un nom bizarre composé de lettres et de chiffres sans signification précise, ou bien nommé admin suivi d’un nombre. C’est là que se trouvent les fichiers php du back-office de Prestashop.

L’ensemble des fichiers d’une installation Prestashop est assez volumineux. Pour l’e-shop delachapelle.be, j’ai plus de 100.000 fichiers pour environ 2,6GB. Ces fichiers contiennent l’application Prestashop proprement dite, plus les modules et les thèmes que vous y avez ajoutés. Ils ne contiennent pas de données sauf les images présentes sur votre boutique, y compris celles des produits. Si vous avez beaucoup de produits, cela peut donc représenter un volume important.

Certains hébergeurs, comme Infomaniak, proposent leur propre gestionnaire de fichiers via lequel vous pouvez créer des archives compressées (ZIP). Si c’est le cas, il est préférable d’utiliser cette possibilité, comme je vais vous l’expliquer, car cela réduira drastiquement les volumes à transférer.

Une fois que vous avez identifié le répertoire contenant votre installation Prestashop, il vous suffit d’en copier le contenu vers votre serveur Ubuntu. Par défaut, les fichiers doivent se trouver sous /var/www/html/. J’ai pour habitude de ne pas utiliser le même nom de dossier racine entre deux environnements, car dans le feu de l’action il peut m’arriver d’oublier où je suis et de faire des bêtises dans l’environnement de production (expérience vécue).

Vous pouvez copier directement l’environnement de production vers celui de test. Cependant, si vous avez la possibilité de zipper côté production, il vaut mieux le faire, cela rendra le transfert beaucoup plus rapide. Il vous restera juste à dézipper de l’autre côté.

Il vous reste une chose à faire: adapter les accès et protections des fichiers fraîchement copiés sur votre PC Ubuntu. J’avoue qu’il y a probablement d’autres solutions, mais j’avais la flemme de chercher…

Par défaut, l’utilisateur Linux d’Apache est www-data. C’est donc plus simple si cet utilisateur est propriétaire des fichiers. Pour ce faire, c’est plus rapide d’utiliser les commandes textuelles de Linux:

  • Ouvrez un terminal (menu > terminal)
  • Déplacez-vous dans le répertoire d’installation des fichiers web:
  • cd /var/www/html
  • Pour vérifier où vous êtes.
  • pwd
  • Changez le propriétaire des fichiers:
  • sudo chown www-data <prestashop-folder> -R
  • Changez les niveaux d’accès:
  • sudo chmod 765 <prestashop-folder> -R

sudo: le mot magique sous Linux. Normalement, vous êtes connecté sur votre PC Ubuntu avec votre propre utilisateur. Celui-ci n’a pas tous les droits. Pour éviter de faire des bêtises, il est préférable de ne pas se connecter avec l’utilisateur « root ». sudo (superuser do…) en préfixe à une commande permet de l’exécuter en temps que root.

La base de données

La deuxième étape consiste à transférer une copie de la base de données de production vers l’environnement de test. Vous aurez donc besoin d’avoir accès à la base de données de production. A nouveau, à ma connaissance, tous les hébergeurs vous permettent d’accéder à vos bases de données via phpMyAdmin. Les informations nécessaires pour se connecter sont en général disponibles dans l’espace d’administration de votre hébergeur. Vous avez besoin de quatre paramètres:

  1. L’adresse internet du serveur phpMyAdmin de votre hébergeur (https://…).
  2. Le nom du serveur de base de données où est hébergée votre base.
  3. Le nom d’utilisateur MySQL.
  4. Le mot de passe de cet utilisateur.

Une fois connecté à phpMyAdmin, vous aurez accès directement à votre base de données. Ce n’est pas le moment de perdre les pédales, car il suffit d’une seule commande pour effacer tout!

Il va vous falloir localiser dans le panneau de gauche la base de données qui correspond à votre installation Prestashop. Cela dépend de votre hébergeur et de l’installation de Prestashop, puisque cela fait partie des paramètres ajustables. Vous reconnaîtrez votre base Prestashop au nom des tables qu’elle contient. Ces tables sont préfixées de quatre lettres au hasard, puis d’un « underscore »: xxxx_access, _accessory, _adress… Vous trouverez aussi des tables _category et _product.

Une fois que vous avez localisé la base de données, sélectionnez-la dans le panneau de gauche et rendez vous dans l’onglet « Export » à droite. Choisissez les options suivantes:

  • Méthode d’exportation : personnalisée.
  • Format: SQL
  • Toutes les tables.
  • Sortie > renommer les bases de données… (*)
  • Compression: zippé.

(*) Je vous conseille de créer une base de données test avec un nom différent de celui de production, toujours dans le but d’éviter de confondre les deux environnements dans le feu de l’action…

  • Par exemple: nouveau nom de la base données: my_prestashop_test.

Et cliquez sur Exécuter tout en bas. Le nom du fichier est <nom-de-la-base>.sql.zip. Enregistrez-le sur votre ordinateur. Après un certain temps, apparaitra l’indicateur de fin de téléchargement de votre navigateur. Ce fichier contient l’ensemble des données de votre boutique, sauf les images dont nous avons parlé au point précédent.

Ce fichier va vous permettre d’importer les données dans votre base de données de test. Préalablement, créez un utilisateur et une base de données dans votre environnement de test. Le nom de la base doit correspondre à celui que vous aurez donné ci-dessus (*). Vous pouvez créer un utilisateur portant le même nom:

  • Connectez-vous à MySQL, environnent de test, avec phpMyAdmin (voir ci-dessus).
  • Cliquez l’onglet Comptes d’utilisateurs.
  • Cliquez Ajouter un compte utilisateur (en bas).
  • Nom d’utilisateur: my_prestashop_test.
  • Mot de passe comme vous voulez.
  • Créer une base portant son nom et donner à cet utilisateur tous les privilèges sur cette base: oui.

Votre nouvelle base de données apparaîtra dans le panneau à gauche. Pour importer les données exportées au point précédent:

  • Sélectionnez-les et cliquez sur l’onglet Importer en haut à droite.
  • Cliquez Parcourir et choisissez le fichier .sql.zip. généré précédemment.
  • Cliquez sur exécuter.

Voilà, vous avez maintenant une copie de votre base de données de production dans votre environnement de test.

Modifier la configuration

Pour rendre votre environnement de test opérationnel, vous devez modifier sa configuration, qui contient pour le moment celle de l’environnement de production. La première chose à faire est de modifier les paramètres de connexion à la base de données:

  • Sur votre PC Ubuntu, dans le répertoire où vous avez installé les fichiers de Prestashop, localisez le fichier app/config/parameters.php. Ouvrez-le avec un éditeur de texte (gedit par exemple).
  • Modifiez les quatre paramètres suivants pour leur donner les valeurs adéquates (celles de votre base de données de test):

‘database_host’ => ‘localhost’,
‘database_name’ => ‘<nom-base-de-données>’,
‘database_user’ => ‘<nom-utilisateur-db>’,
‘database_password’ => <mot-de-passe-db>’,

  • Sauvez-le et vérifiez éventuellement les privilèges et propriétés.

A partir de maintenant, vous devriez pouvoir vous connecter au back-office de Prestashop dans votre environnement de test. Pour cela, il vous suffit d’ajouter le nom du répertoire admin de votre installation à l’url de votre boutique dans son environnement de test. Le nom d’utilisateur et le mot de passe sont les mêmes que ceux de production.

Et vous vous rendez compte que ça ne fonctionne pas bien… Il reste encore deux choses à régler:

  • Effacer le cache de Prestashop: effacez carrément les répertoires:
    • app/cache/prod
    • app/cache/dev
  • Effacer le fichier .htaccess de votre répertoire racine (celui dans lequel Prestatshop est installé).

Pour ça, utilisez simplement l’explorateur de fichiers Ubuntu. Ces fichiers seront automatiquement régénérés par Prestashop.

L’explorateur de fichiers de Ubutun par défaut est Nautilus. Si vous avez besoin de l’utiliser en mode « je suis le boss », càd avec les privilèges root, ouvrez un terminal et entrer sudo nautilus.

Maintenant, vous devriez avoir accès à tout le back-office. Il vous reste à y modifier les paramètres suivants, dans Configurer > Paramètres de la boutique > Trafic et SEO > URL de la boutique:

  • Domaine de la boutique: l’adresse IP locale de votre PC Ubuntu (192.168.1.42 par exemple).
  • Domaine SSL: idem.
  • Chemin de base: le nom du répertoire racine d’installation (/my_prestashop_test/ par exemple).

Notes importantes:

  • Vous avez peut-être activé et configuré le SSL (https:// ou lieu de http://) sur votre environnement de production, ce qui est une bonne idée. Il n’est pas nécessaire de le faire dans votre environnement de test.
  • Si vous avez activé les URL Simplifiée, assurez-vous que votre serveur Apache local (test) est bien configuré pour le permettre. Le paramètre mod_rewrite doit être sur on.
  • Vérifiez que le paramètre php allow_url_fopen = 1 sinon il sera impossible à php de modifier les fichiers de l’installation. Certaines fonctions sont alors impossibles, comme la mise à jour des thèmes et des modules.

Tout devrait fonctionner maintenant. Vous pouvez faire des tests sans risquer d’affecter votre environnement de production!

Backup de l’environnement Prestashop sous Ubuntu

Pour les fichiers installés, vous pouvez utiliser le backup d’Ubuntu. Attention, ce backup ne prend pas en compte la base de données. Personnellement, je fais un backup manuel en exportant celle-ci au format SQL avant toute manipulation un peu risquée. Si je sais que la manipulation n’affecte qu’une seule table, je fais une copie de celle-ci.

Vous pouvez aussi faire ces copies directement à l’intérieur de phpMyAdmin.

Pour la base de données, sélectionnez-la dans le panneau de gauche puis cliquez l’onglet Opérations en haut à droite:

Donnez-lui un autre nom. En cas de problème, effacez la base corrompue et renommez la sauvegarde.

Vous pouvez faire de même avec les tables. Sélectionnez-la dans le panneau de gauche, puis cliquez l’onglet Opérations en haut à droite:

Cette manipulation ne vous protège pas en cas de perte complète de la base données, par exemple si votre disque dur décède.

Installer un environnement de développement php pour Prestashop

Vous désirez aller encore plus loin ? Vous désirez développer vos propres modules? Il va vous falloir un environnement de développement! La bonne nouvelle, c’est qu’après avoir créé votre environnement de test, une grande partie du boulot est faite!

Il y a deux outils indispensables à tout développeur php:

  • Un IDE (integrated development environment).
  • Un débogueur (debugger).

Personnellement, j’utilise NetBeans comme IDE. Je ne sais pas si c’est le meilleur, mais il me convient. Je l’ai installé sur mon PC Windows. Cela permet de séparer les tâches et de ne pas surcharger son CPU. J’avais fait un essai en installant tout sur mon PC Windows (Apache, PHP, MySQL) mais c’était tellement lent que cela en devenait inutilisable. C’est la raison pour laquelle j’ai installé une machine Ubuntu et que je lui ai assigné le rôle de serveur. A titre indicatif, importer un fichier CSV contenant 14000 produits (provenant de l’environnement de production) dans une base de données MySQL est environ 10x plus rapide sous Ubuntu que sous Windows, avec deux configurations matérielles comparables…

Netbeans

L’installation sous Windows ne pose pas de problème particulier. Encore une fois, c’est de l’open-source. Vous pouvez donc l’utiliser et l’installer gratuitement. Une fois installé, il vous suffit de créer un nouveau projet pour accueillir les sources existantes de Prestashop: New Project > PHP > PHP Application from Remote Server. Comme mon serveur Ubuntu est également configuré en serveur FTP, l’accès aux sources se fait de façon transparente.

NetBeans copie l’ensemble des fichiers source sur la machine où il est installé. A chaque fois que vous modifiez puis sauvez un fichier (php ou autre), NetBeans en fait un « upload » dans l’environnent de test. N’oubliez pas d’activer l’option Project Properties > Run Configuration > Preserve Remote File Permissions… sinon les fichiers ne seront pas exécutables par le serveur.

Vous pouvez créer plusieurs environnements pour un même projet. J’ai par exemple également configuré un accès direct depuis NetBeans vers l’environnement de production. Dans ce cas, je vous conseille fortement de sélectionner l’option Project Properties > Run Configuration > Upload Files: Manually pour éviter d’écraser un fichier production par erreur.

Vous pouvez aussi faire du versionning avec NetBeans, mais cela va au delà de cet article.

XDebug

Si vous envisagez de développer, je ne saurais trop vous conseiller d’installer un debugger. Ce n’est pas l’outil magique qui va vous tirer de toutes les situations, mais très souvent c’est le seul moyen d’investigation dont vous disposerez pour trouver un bug ou simplement comprendre « comment ça marche ».

J’ai choisi XDebug. Vous devez l’installer sur votre serveur Ubuntu. Une fois l’installation terminée et opérationnelle, il vous reste à configurer NetBeans dans Tools > Options > PHP > Debugging.